🛒

Un bilan de mi-mandat

Département des Côtes-d’Armor

Un bilan de mi-mandat

Politique publique, collectivité, campagne, argumentaire, discours, relations presse

image

“Faire ne suffit pas. Dire ce que l’on fait est essentiel. Le bilan de mi-mandat a été l’occasion d’engager un dialogue avec les Costarmoricains. Fouad a été mon chef de cabinet et ma plume pendant près de 6 ans et a parfaitement imaginé et organisé cette campagne.”

Alain CADEC • Sénateur des Côtes-d’Armor, ancien Président du Département des Côtes-d’Armor

Discipline

Communication institutionnelle

Secteur

Secteur public

Comment une collectivité peut-elle sensibiliser les citoyens aux décisions précises par leurs élus ?

Le contexte

En 2015, une nouvelle majorité se dégage au Département des Côtes-d’Armor. Le temps est alors à la redéfinition d’un nouveau projet de mandat. De nombreuses réformes sont entreprises : réforme sociale, réorganisation des services, modernisation des politiques routières mais aussi investissements et subventions dans les territoires et à destination des acteurs locaux. Ainsi, les enjeux sont clairs. Il s’agit à la fois de respecter un programme et mener à bien les engagements pris.

L’approche

Si la collectivité peut communiquer sur ses missions quotidiennes, le décideur public - l’élu - a besoin de mettre en avant l’exécution de ses engagements de campagne. C’est un principe démocratique et une façon d’entretenir le dialogue entre les citoyens et leurs élus. Il a donc été proposé de concevoir une campagne à mi-parcours d’un mandat long de 6 ans. Cette campagne a été imaginée autour d’une campagne Abribus d’affichage, d’un hors-série du Côtes-d’Armor Magazine, d’un site internet interactif, d’une série de rencontres dans les territoires et d’une campagne presse.

Les résultats

Le bilan de mi-mandat a eu un effet positif sur plusieurs points. Le premier est évidemment de créer et d’entretenir un dialogue direct avec les citoyens. C’est sur le terrain que les élus se rendent compte de l’impact de leurs décisions. Ensuite, faire un bilan intermédiaire permet aussi - et surtout - de réinterroger et d’adapter le projet de mandat. Le monde évolue vite et la collectivité doit pouvoir s’y adapter, gagner en agilité et réajuster sa stratégie en temps réel. Toutefois, les politiques publiques se réfléchissent sur le temps long. Alors un bilan de mi-mandat trouve toute sa pertinence.

image

“Ce bilan de mi-mandat a été menée sur tous les fronts et auprès de toutes les parties prenantes. Avec succès puisqu’elle a permis d’illustrer l’engagement de la collectivité - élus et agents - pour sa mission de service public.”

Fouad SOUAK • Parole Publique

image
image
image
image
image